banner_paireideale

La paire idéale ou le couple parfait ?

(fanfiction Chocolat*Noisette)
Par Marion B. Vongola

 

…..Il faisait beau, il faisait chaud, il sentait bon le sable chaud… Ouais, non je déconne : il faisait beau, certes, mais froid en ce début de décembre. Les quelques rayons du soleil qui arrivaient à percer le ciel presque blanc réchauffaient à peine la terre de ses rayons. Et en ce début d’après-midi, deux courageux étaient partis braver le froid pour une balade. Du moins… un courageux et un blasé de la life :
…..— ‘Fait froid…, maugréa une nouvelle froid le bleuté, son écharpe remontée jusqu’au nez et dans laquelle il essayait de noyer son orifice respiratoire afin de le réchauffer un minimum.
…..— Si tu traînes, c’est normal que t’aies froid ! Accélère et tu vas vite te réchauffer ! lui cria le bout-en-train châtain qui gambadait comme un lapin, quelques mètres plus loin.
…..— J’ai pas le sang pire que chaud comme certains ! s’énerva Romain qui traînait la patte.
…..— C’est pas une question de sang chaud. Mais vu que tu es l’Empereur des Glaces, je m’étonne que tu ne supportes pas cette petite brise…
…..— « Cette petite brise » ?! Il fait -10°C dehors, il a neigé toute la journée d’hier, toute la nuit et toute la matinée, il souffle un vent glacé digne du Pôle Nord et tu appelles ça, « une petite brise » ?!
…..— Faut pas exagérer quand même ton altesse, se moqua Lucas.
…..— Tu sais ce qu’elle te dit son altesse ?!
…..— Qu’il m’aime à la folie et ne me remerciera jamais assez d’avoir pu la faire participer au shooting de la collection Zegna pour son dossier, lui répondit le photographe avec un sourire aussi large que le Titanic.
…..Romain ne trouva rien à répliquer devant la bêtise de Lucas et la véracité du second fait, il soupira et devança le photographe.
…..— Pourquoi « ton altesse » d’ailleurs ?
…..— Par rapport à ton légendaire titre d’Empereur des Glaces.
…..— Et que me vaut ce surnom ?
…..— T’es aussi chaleureux et aimable qu’un glaçon tout juste sorti du congélateur. Après, si ça ne te plaît pas, je peux toujours t’appeler « Ice Queen » ?
…..— Aucun des deux ne me convient. Comme ça, le problème est réglé, trancha l’étudiant. Un problème avec ma sociabilité ?
…..— Le problème, c’est qu’elle est inexistante mais bon … comme c’est ce qui fait ton charme, je ne vais rien dire. Par contre, c’est à se demander comment tu as pu devenir comme ça. En même temps, quand on voit ton grand frère et son caractère, je peux comprendre que tu sois renfermé…
…..Romain n’écoutait déjà plus ce que déblatérait son ami, sentant que le long discours et l’analyse psychologique de Lucas allaient plus le fatiguer qu’autre chose. Une analyse qu’il connaissait déjà d’ailleurs, comme quoi il était un vrai glaçon, asocial et qu’il n’aimait personne. Il le savait puisque Lucas le lui l’avait déjà reproché des dizaines de fois. C’était peut-être en plaisantant mais ça faisait mal quand même bien que les deux premiers points soient justes. Cependant, il n’était pas d’accord sur le dernier : il y avait au moins une personne qu’il aimait mais dans le sens où il en était amoureux ! Et c’était justement ça le problème ! Comment avait-il fait son compte ? Il retournait la question dans tous les sens possibles et imaginables, mais il ne trouvait pas comment il avait fait pour tomber amoureux et surtout, d’un HOMME ! Avec un grand H ! À la base, il n’était pas intéressé par le sexe fort, bien au contraire. Alors, pourquoi et surtout, comment ?!

…..Perdu dans ses pensées, il ne vit pas Lucas le doubler et se poster juste devant lui, son visage très proche de celui du bleu qui se heurta à la large poitrine de l’Italien.
paireideale_02_s…..— À quoi tu joues ?! s’énerva le journaliste en herbe.
…..— Tu avais l’air si sérieux, à quoi tu pensais ?
…..— Rien qui te concerne.
…..— Quel blizzard ! Encore plus froid que le vent qui souffle actuellement ! plaisanta Lucas. Allez, avoue, tu pensais à ton âme sœur ?
…..— Au lieu de t’occuper de mes états d’âme, occupe-toi des tiennes.
…..— Oh allez ! Dis-moi ! Qu’est-ce que ça te coûte ?
…..— De la salive. Occupe-toi du grand non-amour de ta vie qui s’envoie en l’air avec mon cher petit frère et pas de mes affaires ! (ça rime ~ :p)
Lucas soupira. Encore cette rengaine. Quand comprendrait-il que Choco c’était, comme il le lui avait déjà dit et expliqué, son âme sœur de photographe ? Jamais il n’avait pensé à Choco dans ce sens-là et ça n’arriverait jamais. Par contre, le petit Rominet … ~
…..— Et voilà, tu recommences, soupira le photographe avec un sourire contrarié.
…..— Recommencer quoi ?
…..— Tes spéculations comme quoi je serais amoureux de Choco.
…..— Parce que tu persistes à nier ?
…..— Il n’y à rien à nier puisque c’est la vérité. Certes, j’aime quelqu’un, mais ce n’est sûrement pas Choco !
…..— J’ai du mal à le croire vu le cirque que tu nous as fait lors de la sortie scolaire…
…..— Vu ce que j’ai fait pour un certain glaçon, je le trouve gonflé de me dire ça, répondit l’Italien en lorgnant sur l’étudiant.
Romain ne répondit rien. Il savait que Lucas s’était démené pour l’aider à sortir des griffes de Sylvain. De plus, c’était lui qu’il avait appelé en premier parce qu’il avait besoin d’aide. D’ailleurs … pourquoi lui et pas plutôt Choco ? Il ne savait pas. Peut-être parce que c’est un Saint Bernard …
…..— Je vais te dire une chose Romain.
…..— Quoi ?
…..— Un photographe, ça va de paire avec un journaliste, lui dit ce dernier avec une voix douce.
…..— … Hein ?
…..— Allez, on rentre ! La nuit tombe, on arrivera juste à temps !
…..— Attends ! Lucas !
Le photographe n’écouta pas et partit devant, le futur journaliste sur les talons qui cherchait à savoir, en vain, ce que le photographe avait voulu dire. Voyant son air idiot qui persistait à se moquer de lui, il abandonna quand le Gîte fut en vue.

 

…..Le soir venu, quand tout le monde eut regagné sa chambre, Lucas revenait de la salle de bain et entra dans la sienne qu’il partageait avec Romain. Il le trouva sur son lit, prêt à se coucher.
…..— Tu vas déjà au lit ?
…..— Je suis fatigué donc, par déduction logique, je vais me coucher. Un problème avec ça ? répondit sarcastiquement le glaçon.
…..— Aucun, je voulais juste partager mes photos de la journée avec toi.
…..— Non merci, bonne nuit.
L’Italien sourit. C’était du Romain tout craché, froid et distant. Un petit sourire sournois aux lèvres, il s’installa sur son lit, son appareil en main, et commença à passer en revue ses prises du jour. Et bien évidemment, il y en avait un paquet de son iceberg favori ! Mais il faut croire que l’iceberg en question, que rien n’ébranle, fut un peu trop agacé par les ricanements du rital avec qui il partageait la chambre puisqu’il se redressa d’un bond dans son lit :
…..— Je peux savoir ce qui te fait rire ?!
…..— Ta beauté naturelle, lui répondit le rital, le sourire jusqu’aux oreilles en voyant que sa petite machination avait marché.
…..— Quoi ?!
Bondissant de son lit, Romain se précipita pour aller voir ce qui se trouvait dans la mémoire de l’appareil. Cependant, le propriétaire dudit appareil nota que, contrairement à la première fois qu’il lui avait fait le coup, le jeune homme ne lui arracha pas l’appareil des mains pour effacer les images. Cette fois, il avait prit appui d’une main sur le matelas, l’autre sur le montant du lit, derrière la tête de Lucas, observant les photos qui défilaient sur le petit écran et qui représentaient sa personne, prises en douce, au naturel. Et le jeune homme devait bien reconnaître qu’elles étaient magnifiques ! On sentait le savoir faire et l’amour de celui qui les avaient prises …Une seconde : « savoir-faire » ? Ouais, ça, c’est indéniable. « Amour » ? … Non, non et NON !

paireideale_03_s…..Sentant ses joues rougir, il se ressaisit et tenta d’attraper l’appareil mais Lucas, se souvenant de la première fois, avait prévu le coup et mit l’appareil hors de portée. Cependant, ça n’arrêta pas l’étudiant qui retenta son coup. Après quelques minutes à batailler, Lucas vit enfin une ouverture et plaqua, sans oublier de poser son précieux appareil, le plus jeune sous lui, l’empêchant de bouger.
…..— Je ne pensais pas que le jour où je te verrais soumis arriverait si vite, rigola Lucas.
…..— Et tu trouves ça drôle ?! Réserve cette pose pour ton non-amou…
…..—Oh je t’en prie, arrête avec ça ! Tu as oublié ce que je t’ai dit tout à l’heure ?
…..— Tu m’en as tellement dit …, railla le bleu.
Soupirant, Lucas rapprocha son visage de celui qui lui faisait face.
…..— Ne t’ai-je pas dit qu’un photographe, ça allait de paire avec un journaliste ? lui murmura-t-il à l’oreille.
Relevant son visage où se lisait de la tendresse et ses sentiments pour le plus jeune, il eut tout le loisir d’admirer le visage de Romain qui, ayant des doutes sur le sens de cette déclaration, tenta une réponse.
…..— C’est une proposition d’embauche ?
…..— Putain, ce que t’es con ! s’énerva (pour la première fois ?) Lucas avant de se pencher et de l’embrasser.
Quand il redressa la tête, il eut tout le loisir d’observer le visage de son Rominet passer de sa couleur naturelle au rouge.
…..— Ça y est, tu as enfin compris ? demanda le châtain.
…..— D … dis pas n’importe quoi ! s’exclama Romain en détournant le regard.
…..— Je ne dis pas n’importe quoi, répliqua le photographe. À ton avis, pourquoi je me suis décarcassé avec ton frangin pour te sauver les fesses ?!
…..— … Parce que tu es un bon samaritain ? hasarda Romain.
…..— Et à part mon côté bon samaritain, tu ne vois rien d’autre ? demanda calmement Lucas.
Le bleuté ne répondit rien, bien trop surpris par la déclaration de Lucas et son insistance : s’il avait bien tout suivi, ce grand photographe qu’il admirait depuis si longtemps (et voir même plus qu’admirer…) l’aimait ?! Il rêvait éveillé ou c’était une blague de ce bout-en-train infatigable ! Mais vu l’expression qu’il affichait, il misait plutôt sur la première option !
…..—Je suis en train de rêver, c’est ça ? demanda finalement Romain, perplexe.
…..— Tu le fais exprès ou quoi ?! s’exclama Lucas avec un air exaspéré.
…..— Non, ce n’est pas possible que ça arrive ! Déjà, je suis un mec !
…..— Justement.
Tiquant sur ce dernier mot, Romain préféra ne pas relever et avança son opinion :
…..— Non mais tu as vu le caractère que j’ai ?! Toi-même tu me le répètes à cent sous de l’heure ! C’est impossible que quelqu’un m’aime un jou… Mmf !
Il ne finit jamais sa phrase, Lucas l’ayant coupé dans son élan en se penchant pour prendre ses lèvres. Il en fut tellement surprit qu’il ne pensa même pas à se débattre. Quand la pression sur ses lèvres s’envola, il ne parla pas, se contentant de fixer l’Italien qui lui souriait tendrement. Ce fut la chaleur de sa main sur sa joue froide qui le ramena sur terre, passant ses doigts sur ses lèvres.
…..— Que …
…..— Ne me demande pas si je plaisante où je te dessape, te prends en photo sous toutes les coutures et balance le tout dans une exposition internationale ! menaça Lucas, on ne peut plus sérieux.
…..Silencieux, la seule réaction de l’étudiant fut d’éclater de rire, le genre de fou rire qui vous déclenche des maux de ventre et des spasmes quand vous tentez de vous retenir. Le genre de fou rire que Romain n’avait pas eu depuis des années. Il savait que la situation n’était pas spécialement drôle et que Lucas pourrait se vexer, mais ses menaces l’achevèrent.
…..— Je peux savoir ce qui te fait rire alors que j’essaie d’être sérieux ?
…..— HA ! HA ! Sérieux ?! Avec cette menace ?! Laisse tomber, elle ne tient tellement pas la route que tu ne peux PAS être sérieux ! Ha ! Ha ! Toi me dessaper ?! Je voudrai bien voir ça tiens !
….. — Le jour où je te dessaperai, ce sera avec ton consentement et pour te faire faire de l’exercice !
Romain, qui avait comprit le sous-entendu, plongea ses yeux bleu-gris dans le regard noisette de Lucas.
…..— Tu ne vas pas me sauter dessus comme tu l’as fait avec Damien ?
…..— Je n’ai pas sauté sur Noisette. D’un, ça s’est fait dans d’autre circonstance. De deux, je ne m’appelle pas Choco, moi.
…..— Il t’en voudrait s’il t’entendait.
…..— Pour le coup, je m’en fous un peu tu vois. J’ai plus intéressant à faire pour l’instant. Et pour ton cas, je me contenterai de ça pour le moment.
Il se pencha sur le visage du bleu pour reprendre ses lèvres qu’il lui offrit sans rechigner. À son contact, Romain se sentit frissonner et il avait l’impression que son cœur allait exploser. Timidement, il se saisit du tee-shirt de son bel Italien et ouvrit la bouche sans hésiter quand il sentit la langue chaude lui caresser sa lèvre inférieure.
Il savoura le profond baiser du photographe avant que ce dernier ne libère sa bouche, un sourire tendre ornant ses lèvres.
…..— Ti amo, lui murmura le châtain à l’oreille dans sa langue maternelle.
S’il fut surprit, Romain n’en montra rien et enfouit sa tête dans le cou de Lucas.
…..— Merci …, souffla-t-il.
…..— Merci de quoi ? J’aurais préféré que tu me dises un « moi aussi », sourit le professionnel, faisant sourire le plus jeune.
…..— Idem.
…..— Je savais que tu me répondrais un truc du genre, rit l’Italien en enlaçant son jeune amant, étreinte qu’il lui rendit.

…..Ils échangèrent un nouveau baiser avant de s’endormir.

~The End~

paireideale_04Merci à Marion ♥

4 thoughts on “La paire idéale ou le couple parfait ?”

  1. Nonnnn, mais ahahahah!!
    C’est trop ça!!!!
    C’est la suite du tome 9, non? lol
    Franchement, c’est super bien écrit, quand je le lis, j’ai l’impression que c’est presque du Clover. En tout cas le caractère de chaque personnage est bien cerné je trouve.
    Les dessins rajoutent du charme…. et en image ça donne quoi? hihihi!!! <3
    Merci à toutes les deux!! (Marion pour l'avoir écrit, Clover pour l'avoir fait partager et illustrer)

  2. C’était mignon! =D
    J’adhère à tout ce qui ship ces deux là xD
    Non, mais sinon je trouve que l’histoire correspondait plutôt bien avec les personnages!
    Qui sait, peut être que c’est le spin-off =p *rêve*

Laisser un commentaire

Loading Facebook Comments ...