Équipements et matériel

Je suis une dessineuse de la pauvreté. Je n’ai pas spécialement goût pour le matos cher ou luxueux. Petit tour d’horizon de mon équipement et matériel.

La première chose sans laquelle rien n’est possible : bien m’installer. Ça passe par un plan incliné. Quand on sévit pendant des heures penché sur un bureau, on s’y casse vite le dos si on ne fait pas attention. Certains magasins proposent des aménagements bureautiques mais par défaut, une planche calée sur une boîte ou un gros dico fait l’affaire. 🙂
01

 

CRAYONNER

Le plus gros luxe que je m’autorise, c’est le papier (image ci-dessus). Pendant très longtemps, j’avais beaucoup de mal à toucher la plupart des papiers (c’est ballot pour une dessineuse !) ou du bois brut. C’était le genre de texture qui me faisait machinalement grincer des dents. Bref, j’ai très vite exit le papier machine, qui en plus marque très vite, au profit de papier lisse puis le Bristol. Exacompta est ce que j’ai trouvé de moins cher. Genre 6/7€ le pack de 100 A4 chez un truc comme Office Dépôt, c’est pas la ruine.
02Basiquement :
– un critérium 5mm. J’y mets des mines bleues Faber-Castell qui se trouvent facilement à Gibert Joseph par exemple, ±2,50€ les 12. Warning ! Elles sont très tendres donc fragiles.
– un critérium de 3mm pour les dessins qui resteront à l’état de sketch.

 

ENCRER

03J’étais une adepte des Staedtler Pigment Liner (bien et pas cher) mais le produit a peu à peu disparu des rayons pour revenir depuis peu avec un prix gonflé à bloc. Haha. Par défaut, je suis passée aux Sakura Pigma Micron et le changement n’est pas plus mal. (J’aimais pas au début parce que je gommais mes planches et les Sakura Pigma Micron avaient tendance à perdre en intensité avec le frottement de la gomme. Maintenant que je ne gomme plus, problème réglé.
Environ 2,50/3,00€ le stylo en fonction des magasins. Les 005 et 01 étant ceux que je consomme le plus.

-À côté –

04Quand la foi est là (c’est de plus en plus rare), il m’arrive d’utiliser la plume. Avec des porte-plumes tout bêtes. Pour le reste, c’est une autre histoire. Une fois en main, la plume est un gain de temps considérable. Mais voilà : une fois en main. Et pour peu que je ne l’utilise pas pendant un temps, il faut reprendre la main, et je n’ai pas la patience ou le temps… D’autant que ce medium en particulier me rend très exigeante : il me faut la bonne encre et surtout les bonnes plumes. Et là, je suis une adepte inconditionnelle de la plume G. Sauf qu’à 15€ le pack de 10 que je tue plus vite que mon ombre… Oui, la foi, là, elle passe dans le négatif…

04_2

Je me suis donc dit que j’allais tester l’alternative avec les stylos plumes. Mais résultat peu concluant pour ma part. Je vous renvoie vers cette page pour une review plus exhaustive.
En complément :
– Uni Sign Pen de Mistubishi pour renforcer des traits ou remplir de petite surface.
– un marqueur : exclusivement un Pentel N50
– Un stylo blanc ou carrément du typex !

05_2

L’incontournable Pentel Brush Pen (Classic GFKP3-A Brushpen). Il fait les ombres, les zigouigouis, les contours grâce à sa fabuleuse pointe pinceau. Environ 10€ à l’achat, il se recharge avec des cartouches vendues en pack de 4 pour 5-6€. Je ne suis plus certaine des tarifs, j’ai le mien depuis tellement longtemps que voilà. Ça dure !

 

TRACER

06Je n’aimais pas la géométrie à l’école, mais depuis que je fais des planches, cette obscure matière regagne quelques galons dans mon estime.
Une règle de 40cm, c’est bien ! 30 cm, c’est un peu juste et avec 50 cm on envoie valser tout ce qu’il y a autour sur le bureau donc le juste milieu c’est bien.
Une équerre, outil totalement indispensable et totalement réfractaire aux lois de la géométrie dans lequel réside pour moi le plus grand mystère de l’univers. J’ai beau m’en servir, mes traits perpendiculaires ou parallèles ne le sont jamais une fois arrivés sous photoshop… Osef.
Et puis une batterie de perroquets pour tracer des courbes, des ronds, des trucs comme ça.

 

S’INSTRUIRE

Quitte à lire ce genre de blogs d’amateurs, c’est bon aussi d’aller chercher conseil auprès de vrais professionnels !
07

Excellentissimes Dessinez le manga par Yuu Watase et L’apprenti Mangaka par Akira Toriyama sont de vrais bijoux pour vous parler de matériel mais surtout de la création de A à Z de nos bd. Comment créer ses histoires et penser son scénario, ses personnages, le développement du récit, des directions sur ce qu’il faut faire et ce qu’il vaut mieux éviter et pourquoi/comment. Tout ça pour le prix d’un manga drôle à lire !
Vous n’aimez par le style trop bon enfant de Yuu Watase ? Vous n’avez pas envie de faire une histoire drôle ? Peu importe ! Le processus de création reste universel dans l’industrie du manga ou simplement de la création d’un récit.
16D’ailleurs, pour ceux qui sont prêts à sortir un peu le nez du manga (parce que la bande dessinée ne s’arrête pas au manga), la collection ne sera jamais complète sans le célébrissime ouvrage de Scott McCloud, L‘Art invisible. On ne s’arrête pas à la provenance des planches mais à l’essence-même de la Bande Dessinée.

 

08

Il y en a des collections qui apprennent à dessiner manga. C’est l’El Dorado pas encore épuisé. Il y a du bon et du… Bref, entre ce que j’ai pu voir, mon attention est surtout restée sur ces deux ouvrages, tous les deux chez Eyrolles (je viens de le remarquer °A°) :  Le Dessin de manga (vol.2 le corps humain) et Le Dessin Jap’anime (vol.3 Dessiner les gestes du quotidien).
Le premier, sans être aussi rédhibitoire qu’un bouquin d’anatomie, propose une foule de démos d’une foule de positions sous divers angles (partant des formes géométriques à la forme humaine finale) pour comprendre comment se fait telle ou telle position.
Le second reprend des gestes faits au quotidien, les plus anodins, parce que personne ne reste jamais droit debout en permanence. De quoi donner vie à nos charmants petits personnages !
Aux alentours de 15€ de livre, c’est un petit investissement qui vaut le coût.

09 10 11

 

Feutres à alcool

Copic, Promarkers, Graph’it… Je ne suis pas fidèle à une marque exclusive même si j’ai un crush sur les Copic ; chacune à ses avantages non négligeables.
12Les Copics sont les plus prisés en partie pour leur pointe pinceau. On peut faire des choses très fines comme du remplissage (il y a une pointe biseautée aussi). Puis cette souplesse de la pointe, c’est agréable. J’ai remarqué que les magasins s’y mettaient et qu’on en trouvait plus facilement maintenant mais avec un prix de départ à 4,50€ le feutre, ça fait vite mal quelque part et pas qu’au porte-feuille !
Les Promarker sont le concurrent occidental. Ils ont la pointe biseautée et un pointe medium dure, comme un marqueur. Moins cher que les Copics, on les trouve aux alentours de 3-3,50€ le feutre. Mais bon, on a n’a pas la finesse d’une pointe pinceau de copic. u_u
Et ce sont dernièrement les Graph’it qui envahissent mes rayons. Directement concurrentiel aux Promarkers sur la forme et le prix, j’apprécie leur débit d’encre -même si ça frôle parfois l’excès-, leur gamme de couleurs mais j’ai de petites mains, alors le gros marqueur quasi rectangulaire, ce n’est pas très agréable pour moi et souci majeur : les couleurs ne ressemblent pas toujours à la teinte indiquée sur le capuchon  !

Question papier, le Layout est conseillé. C’est un papier qui n’absorbe pas immédiatement l’encre et permet donc de faire les mélanges et dégradés propres à l’utilisation des feutres à alcool. Donc, là, je ne me fais pas trop difficile, le papier le plus répandu c’est le Layoutblock de Hahnemühle, 75 feuilles A4, pour environ 8€. ( Mais j’avoue que je persiste bien souvent à colorier sur du bristol même si ça absorbe plus d’encre…).

Encres colorées

J’aime les couleurs flashy des Colorex de Pébéo, le fait que ce soit liquide et, et… et puis voilà. J’ai eu la chance de m’en voir offrir une boîte de 12. C’est un cadeau qui ne se refuse pas ! Sinon, ce sera aux alentours de 4,50€ le flacon de 45ml.

13

15Papier Clairefontaine Aquarelle Etival, env.17€ le bloc, version torchon ou cold pressed.

 

Pour le numérique j’utilise une simple tablette Wacom bamboo A5. Même pas sûre qu’une tablette aussi basique se trouve encore sur le marché. Je vais douiller le jour où elle me lâchera. x)

 

Bref, voilà ! Rien de bien exceptionnel mais facile à trouver, pas cher et surtout largement suffisant pour ce que je fais. ^^

Vous aimerez aussi...

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Sorry that something went wrong, repeat again!

3commentaires

des plus récents
Meilleur des plus récents des plus anciens

Très sympa aussi. C’est toujours cool de voir les outils des autres dessineux ! T’en as vachement plus que moi ^^”

J’ai un gros faible pour les rayons papeterie agrémenté d’un côté collectionneuse compulsif depuis que je suis en âge de tenir un crayon et pire depuis que je suis en âge d’acheter en magasin, ça aide à cumuler depuis le temps =’D

Haha ! Moi aussi j’aurais tendance à vouloir de tout pour tout tester ! Mais je suis raisonnable du coup j’en suis à un point où faudrait que je commence à investir ^^