banner_blackmoon

Caprice de Noël

Fanfic « Bewitched » par Yume-81 (janvier 2012) – source
Pitch : Alix n’apprécie pas que SK soit plutôt distant ces derniers temps au profit de Keith. Il y a des représailles dans l’air !

024

SK n’en a que pour Keith depuis quelques jours. Je veux bien qu’il se soit attaché à lui mais il ne faudrait pas non plus qu’il oublie qui lui a permis de rester sur Terre. Moi. Alix. La seule personne dont il est censé se soucier. D’abord, il est mon ange gardien ; il a rempli sa mission concernant Keith, il ne doit s’occuper que de mon bonheur. Je n’aime pas être à l’écart. En fait, c’est plus que je déteste ne pas être au centre de ses attentions. Il est là avant tout pour moi et parce que je le veux. Il devrait avoir compris qu’un peu trop de lassitude de ma part et il retourne illico au Paradis. Une relation s’entretient et mon niveau d’exigence est plutôt élevé.
– SK !
– Oui, Alix ?
Au moins, il accourt toujours quand je le sollicite. Mais je ne devrais pas avoir à réclamer.
– Je m’ennuie.
Je vois un instant de panique traverser son visage et rien que cela suffit à me distraire. Toutefois, je n’en montre rien et le laisse s’affoler pour trouver un moyen de me divertir. Il a un sourire qui m’indique qu’il vient d’avoir un éclair de génie.
– Tu veux aller faire du shopping ?
Je me redresse avec un intérêt non feint. Il me connaît bien finalement. Avec Noël qui approche, les magasins débordent d’accessoires qui me font craquer. Et comme il ne reste que deux jours avant le réveillon, il va y avoir des dizaines de produits en soldes. Je lui saute au cou et il me réceptionne sans aucune difficulté.
– Tu m’emmènes où ?
– Alix, chou, je ne viens pas. Tu peux y aller sans moi.
Je me dégage de ses bras, la contrariété doit se lire sur mon visage.
– Mais ce n’est pas drôle s’il n’y a personne pour porter mes paquets !
Mon air boudeur ne semble pas l’atteindre. En tout cas, s’il a envie de me faire plaisir, il le cache bien et fait preuve de résistance. Il finit par lever les mains en signe d’excuse et se sauve de la pièce. Il ne devait plus supporter mon regard accusateur. Il m’agace quand il se montre aussi lâche. Tout ce qu’il aurait dû faire était me céder et tout se serait bien passé. En attendant, mon mécontentement est à son comble et j’ai bien l’intention de lui faire regretter sa fuite.
Je passe par le salon pour récupérer mon manteau et je surprends SK avec Keith. Leur conversation cesse à l’instant même où je franchis le seuil. Ils me prennent décidément pour une personne stupide. J’ai du mal à contenir ma colère mais je me raisonne. Je pourrais aisément exploser et leur lancer un sort mais je préfère les toiser avec insistance avant de partir en silence. Je retiens un rire en claquant la porte. J’ai vu leurs mines angoissées quand je les ai abandonnés sans rien dire. Ils vont se ronger les sangs dans l’attente de ma vengeance. Une partie de moi me souffle de ne rien faire, leur torture n’en sera que plus longue. Pourtant, je vais juste prendre le temps d’y réfléchir et je passerai à l’action.

05_008

Ma virée au centre commercial ne m’a pas donné l’inspiration nécessaire. Pour la première fois, aucun des articles adorables de Noël n’a captivé mon intérêt. Je vais faire payer à SK et Keith de ruiner mon shopping des fêtes. Gâcher mon plaisir n’est vraiment pas la meilleure idée qu’ils aient pu avoir. J’arrive chez Keith pour trouver mes deux conspirateurs toujours au même endroit et de nouveau subitement silencieux quand je pointe le bout de mon nez. Puisque c’est ainsi, je les ignore pour monter m’enfermer dans la chambre de Keith. Peut-être que l’immersion dans son univers va m’aider à trouver une façon adéquate de le punir. Le châtiment de SK est tout trouvé, je vais le traiter avec distance jusqu’à ce qu’il me supplie de le pardonner. Après ça, il n’osera plus ne pas m’accorder la priorité sur quoi que ce soit.
Au bout d’un moment interminable, j’entends gratter à la porte. Cette manière d’agir m’exaspère davantage. Si SK était un chat, il aurait pu m’amadouer. Je ne bouge pas du bureau et le sens s’approcher dans mon dos. SK se penche par-dessus mon épaule pour vérifier ce que je fais. Il a sûrement peur que je prépare une invocation. Ça ne saurait tarder. En attendant, son enthousiasme m’amuse. J’imagine parfaitement son visage s’illuminer quand il aperçoit ma feuille parsemée de petits cœurs et les jolis traits que je trace.
– Alix, amour, tu m’écris une lettre !
– Non, c’est pour le Père Noël.
– Mais, trésor, le Père Noël n’existe pas.
Sa voix tremble, il est déçu. Bien fait pour lui, il comprendra peut-être ce que je ressens. S’il se rattrape, je pourrais le récompenser et lui faire plaisir. Encore faut-il qu’il ne tarde pas trop.
– Et comment en es-tu si sûr ? Les anges et la magie ne sont pas censés exister non plus.
– Oui, mais…
Je n’écoute pas davantage ses arguments. Je sais bien que ce vieux bonhomme rouge n’est qu’une invention. Je m’en sers uniquement pour vexer SK. Sa voix meurt dans sa gorge à mesure qu’il réalise que je ne fais plus attention à ses paroles. Je mets mon courrier dans une enveloppe également décorée par mes soins. Je me lève vivement et lui tend la lettre.
– Je rentre chez moi, je ne reviens pas avant Noël. Tu posteras ça pour moi.
Je ne lui laisse pas l’occasion de réagir. Il doit encore être sous le choc quand je quitte la maison sans même saluer Keith. J’ai peu de temps pour me préparer. Même si SK va me manquer, ce sera pire pour lui.

Noël est arrivé plus rapidement que je ne le croyais. Ma vengeance vis-à-vis de Keith a failli ne pas être prête pour aujourd’hui. SK est venu m’importuner régulièrement. Il sait pourtant que je suis sensible à sa présence, visible ou non. J’ai feint de ne pas le sentir mais chacune de ses visites perturbait mon plan.
Il est encore tôt quand j’arrive devant chez Keith mais je tiens vraiment à assister à son réveil. C’est la partie la plus drôle de la magie : la réaction des personnes devant l’inexplicable. Je me glisse dans la maison en toute discrétion, ce n’est pas compliqué. Bien qu’il fasse toujours nuit, SK m’apparaît soudain.
– Alix, amour. Tu vas bien ? Je me suis fait beaucoup de souci pour toi.
– Ça ne t’inquiétait pas que je m’ennuie l’autre jour. Ou de m’abandonner au milieu de la foule dans les magasins.
C’est mélodramatique, je sais. Malgré mon apparence, je n’ai rien d’une faible proie mais le but est de le faire culpabiliser. Et ça fonctionne. Plutôt bien, même. Je l’esquive pour me faufiler vers les escaliers, il faut que je sois aux premières loges pour assister à la surprise de Keith. Toutefois, SK s’interpose et me bloque le passage.
– Laisse-moi t’expliquer. Je te préparais une surprise, trésor.
Surprise ? Dire que ça m’intéresse est un euphémisme. J’adore les surprises. En revanche, elle a intérêt d’être à la hauteur s’il ne veut pas que je termine ma vendetta contre lui. Je le laisse m’entraîner dans le salon. Seul le sapin illuminé éclaire la pièce et j’aperçois tout un tas de paquets de diverses tailles. Celui qui attire mes yeux est le plus gros de tous, il est posé contre la cheminée, à l’écart des autres. Sa forme est originale, c’est à se demander comment ils ont réussi à l’emballer sans déchirer le papier. Il est quasiment aussi haut que moi et tout en courbes. Je réprime un frisson d’impatience quand SK me pousse vers mon cadeau. J’ôte le ruban précautionneusement et passe mes doigts sur l’emballage, essayant de deviner ce qu’il contient. Ma curiosité prend le dessus et je déchire le papier pour révéler ma surprise.
– Des ailes !
Ma voix est trop aiguë et ne masque pas mon excitation. Je caresse les plumes blanches. Elles sont douces, lumineuses. En un mot, merveilleuses.
– Alix, amour, tu les as pour vingt-quatre heures. Ça n’a pas été facile, tu sais.
– Vingt-quatre heures ?
Je n’ai qu’une journée pour en profiter ? C’est certainement le plus beau cadeau qu’il pouvait me faire. Cette limitation de temps est dommage, je peux parier qu’elles me manqueront.
– Je peux voler avec ?
– Oui. Viens, je t’aide à les mettre.
Exceptionnellement, je ne me fais pas prier. Je tourne le dos à SK qui soulève mon haut. Je sens quelque chose de froid entre mes omoplates. Une légère douleur m’indique que les ailes se soudent à ma peau. La magie qu’il utilise se mélange à la mienne jusqu’à ce qu’elle soit complètement absorbée par mon corps. Je provoque un battement sans même m’en apercevoir, c’est le bruit du vase que j’ai brisé qui me le fait comprendre.
– Trésor, concentre-toi.
Je replie mes ailes et fais de nouveau face à SK. Je peux lui pardonner ses cachotteries puisqu’il n’a pensé qu’à moi durant ces quelques jours. Je m’avance vers lui et pose mes lèvres sur les siennes. Alors qu’il me rend mon baiser, ses bras s’enroulent autour de ma taille et je déploie mes ailes pour nous élever dans les airs. Pour une fois que c’est moi qui peux nous décoller du sol, je ne vais pas m’en priver. Je sens que la journée à venir va être des plus amusantes pour moi.

ailesUn hurlement venant de l’étage me distrait et nous chutons de quelques centimètres. Un souffle balaye mon visage, SK a repris le contrôle et nous maintient en apesanteur. Il me fixe d’un air interrogatif et je ne peux que lui offrir un léger sourire contrit. J’ai raté la tête de Keith quand il a découvert le sort que je lui ai réservé mais son cri révèle que je lui ai offert une belle frayeur.
– Alix, qu’est-ce que tu as fait ?
– Trois fois rien, promis.
– Non, ta magie est puissante, tu ne dois pas t’en servir n’importe comment !
– Je vais tout arranger. Allez, mon ange, on va faire un tour.
Je coupe toute autre réprimande et tout risque de me confronter à Keith dans l’immédiat en m’échappant de la maison. Je ressens la fraîcheur de l’air sur mes ailes et décolle. SK est juste derrière moi. Il maîtrise bien mieux la technique pour voler, pourtant il se contente de me suivre. Je crois qu’il ne veut pas gâcher mon bonheur. Je vais mettre à profit cette journée et je ferai mes excuses à Keith demain.
Le froid glacial me fait grelotter. SK me rejoint en deux battements d’ailes et se colle à moi pour me faire partager sa chaleur. Je savoure les sensations pour en garder le souvenir. Il faut qu’on pense à faire quelques photos avant que le charme ne se rompe. Je réprime un sourire en songeant que je dois faire un détour chez Keith pour récolter quelques preuves également tant que mon sort est actif ; j’ai hâte de voir à quoi il ressemble en fille.

– FIN –

caprice_de_noel

Laisser un commentaire

Loading Facebook Comments ...