banner

Chocolat*Noisette – Présentation

Ouvrir un site et penser qu’on va balancer ses travaux, c’est easy. Réaliser qu’il faudrait aussi rapatrier les travaux précédents pour savoir d’où on part pour comprendre où on est, ça devient plus laborieux. Alors voilà donc une « petite » rétrospective sur Chocolat*Noisette by me !

titleAlors, Chocolat*Noisette, raccourci en cxn, c’est quoi ? En fait, à la base, ça commence en 2008 et surtout un peu comme ça (si vous ne voyez qu’une bande noire, c’est que vos plug-in ne sont pas à jour et vous ratez un super extrait !) :

Si, si ! C’est la copine qui vous demande de venir chanter, vous traînez la patte mais atterrissez sur scène Dieu-sait-comment, vous lâchez un peu de yaourt au début et puis ça finit en trilogie ! Dans le cas présent, avec le staff John Doe, nous avions lancé un fanzine de doujins yaoi. Sauf que dès le premier numéro je me suis rendue compte que… je n’étais pas à l’aise avec les doujins yaoï, même parodiques. *Sic ! C’est malin ça !*

staff_JDSuika-chan, Lucifiel, Clover, Shame, Dante, Lust

Alors pour le numéro deux, Lust, la scénariste des doujins que j’ai tout de même dessinés (on a des convictions ou on n’en a pas) a pris sa plus belle plume pour me pondre un scénario original. Ainsi naissait le one-shot Chocolat*Noisette mettant en scène un p’tit blondinet fort heureux de son histoire avec son ténébreux photographe qu’il nous raconte dans les moindres détails mais qui révèle aussi dans quels beaux draps il s’est mis (haha !), car pour en arriver là, il a peu menti. L’avantage de discuter avec des gens par écrans interposées, c’est bien de pouvoir se faire passer pour qui on veut, n’est-ce pas ! Ça se corse quand la rencontre irl se profile et qu’on est prêt à tout pour s’en tenir à son histoire ! Et jusque-là, le p’tit blondinet en question a bien réussi à donner le change.
CxN1_Page_035Nous avions notre participation pour le fanzine, je m’étais bien amusée avec ce p’tit boulet, fanzine plié, la vie reprenait son cours.

C’est là qu’on a eu la très bonne surprise d’avoir des retours très positifs sur le one-shot. Ou plutôt, on dira qu’on a pris positivement le fait que les gens n’aiment pas la fin ouverte et attendent une suite.  La clé du bonheur, c’est de voir le verre à moitié plein ♫
C’est ainsi qu’un autre chapitre a été envisagé pour le numéro suivant du fanzine : Noisette révèlera-t-il la vérité à Choco sur ses mensonges ? Comment Choco réagira ? Qu’adviendra-t-il du bienheureux couple ? Les réponses à ces questions étaient un peu trop évidentes pour faire quelque chose d’intéressant à mon goût : oui, Noisette dira la vérité donc forcément Choco le prendra mal (si on veut un peu d’histoire) et tout le chapitre se déroulera à essayer de réconcilier les deux qui finiront bienheureux parce que happy end nécessaire ?… Trop facile ! Je suis donc partie dans une autre direction, l’opposée en fait : non, Noisette ne dira pas la vérité ; ce n’est pas Choco mais Noisette qui le prendra mal et ils ne finiront pas bienheureux ! A-ha ! *doigt de la victoire levé vers le ciel* Ça, on ne s’y attendait pas !
C’est ainsi que l’histoire s’est un peu ouverte pour durer quelques chapitres si bon accueil et… à cette heure, ça fait 33 chapitres de cumulés dans 8 volumes et la première série amateure aussi longue en version papier !51_dance_dance_2_s

Chocolat*Noisette est donc une comédie « romantique ». Mettons bien l’accent sur les guillemets parce que le romantisme n’est pas vraiment mis à l’honneur. L’histoire tourne principalement autour de Noisette, de son vrai prénom Damien, lycéen de seize ans plutôt discret dans la vraie vie. Il n’est pas à l’aise avec les autres, préfère faire bande à part si ce n’est avec son meilleur ami et voisin depuis l’enfance, Jérem dont il est évidemment secrètement amoureux depuis aussi longtemps. Alors évidemment², le net est son défouloir, parce qu’elle n’est pas si calme que ça la Noisette en vérité. Et ce n’est pas avec un interlocuteur comme Choco, un type qui passe son temps à le provoquer que ça va s’arranger.

La vie prend alors des allures de montagnes russes avec ces deux protagonistes qu’on découvre peu à peu, dont les vies vont commencer à se croiser et s’imbriquer de plus en plus, bien souvent malgré eux, notamment avec leur lot d’amis qui entrent en jeu en amenant leurs propres amis problèmes et coups de gueule avec eux. Ça passe par Thomas, le blond styliste à qui tout réussit ; Jérem, le gentil voisin qui ne réalise pas ce que son meilleur ami ressent pour lui, et d’autres qui rejoindront les rangs au fur et à mesure autour de Choco le photographe et archétype du brun ténébreux fermé comme une huître sous des airs détachés et libertins, et Noisette le boulet qui passe son temps à se faire des films qui finissent évidemment toujours en réalité catastrophe !
52_BoysInLove_effect_2_s

 La Galerie de dessins || La FanPage

………………………………..
• Article lié : Chocolat*Noisette, dérivés

One thought on “Chocolat*Noisette – Présentation”

Laisser un commentaire

Loading Facebook Comments ...