Archives de catégorie : Blog

Blanche, les affaires reprennent !

blanche_photo_14
La semaine dernière, j’ai pu voir Alhia et cddam et récupérer les pages manquantes. On a également pu discuter de la finalisation du projet Blanche : décider des quelques bonus qu’on ajoutera et se les répartir. La deadline est tombée : fin du mois !  emoji_dummy
Cette  semaine pour finir  le tramage/lettrage sans trop se presser et la semaine prochaine pour faire mes p’tit bonus, ça devrait aller pour finir sans stress et intercaler l’avancée des autres projets. J’y crois à peine de ne pas courir en cette période de l’année !  emoji_la

Boys Land #7 – les guests !

boysland7_cover_sÇa sonnera comme un étrange écho pour certains ! « Le Bl#7 n’était-il pas déjà sorti ?? » Et bien oui ! Il est déjà sorti cet hiver mais dans une smart version. Il s’agit là de sortir la version cheap zine. :) C’est le #7 qui contient le one-shot Appartement 42, une petite suite à Cabine 713.

Je vous laisse le soin d’aller checker du côté de la fiche d’Appartement 42 pour avoir des previews sur le one-shot et ici je vous mets ici les previews promises des filling pages. ^^
Continuer la lecture

Reviendue

appart42_chibilolo_2Hello ! J’suis pas reviendue – vu que j’étais pas partie – mais j’ai clairement avorté les updates du blog depuis deux semaines.   Les planches de Blanche  (fiche mise à jour avec de nouvelles previews,  allez voir   !) m’ont demandé infiniment plus de boulot que prévu. :S J’ai taffé dessus comme une malade à rusher 15H/j, mais même comme ça, j’ai lâché  sans avoir fini. Dans la mesure où c’est un projet non « officiel » sans deadline fixée, au bout d’un moment et quand on réalise tout ce qu’il reste encore à faire, on renonce à s’imposer un tel rythme.  x_x J’ai quand même tenu douze jours ! =’D
Continuer la lecture

Maquette Blanche Cover

icon_blancheJ’espérais avoir fini les planches de Blanche dimanche dernier mais j’étais bien trop optimiste. Mais vraiment trop ! Il m’a fallu de multiples essais pour trouver comment les tramer (c’est vraiment pas évident quand tu n’as pas fait l’encrage ! xD), pour finalement jeter deux jours de tentatives infructueuses à la poubelle. J’ai fini par trouver quelque chose de pas trop mal mais… c’est archi long. emoji_oAo Je vais sûrement y passer encore toute cette semaine. :s  Continuer la lecture

Editeurs-no-CGU-Jitsu

Le temps passe et les choses ne semblent pas changer. Ce n’est pas la première fois que j’en parle parce que l’histoire se répète, et se répète, et se répète, mais je m’agace que la démarche ne s’adapte pas à l’air du temps.  emoji_think

nocgujitsu

Je reçois un nouveau message d’un éditeur qui « a vu mon travail, qu’il apprécie et  me contacte  pour voir si je serais intéressée par une édition professionnelle ». Je tiens à noter cette fois que la personne a été très sympathique ! Le mail n’était pas un simple copier/coller et on me parle d’une de mes histoires en particulier. Mine de rien, ça fait plaisir de voir qu’il y a un réel intérêt ou du moins que ça en a l’air. facebook_like
[ Et là, vous voyez combien c’est déjà vicié quand on est content que la  personne qui vient te démarcher a au moins regardé ton taff. Un truc qui devrait être normal et aller de soi, quoi… :S]
Par contre, au-delà de ça, comme d’hab, aucune perche, aucune info, toujours comme si le fait de dire « édition professionnelle » était une valeur auto-suffisante et que tu allais dérouler le tapis rouge grâce à l’aura prestigieuse de ces mots magiques ! emoji_sparkles

Alors, je le redis, c’est paradoxal, parce que si ça fait rêver un jeune dessinateur qui a peu d’expérience, quelqu’un qui roule sa bosse depuis un moment (et c’est en partie grâce à ça qu’il a accumulé les skills qui font qu’on le  repère), ces deux mots ne suffisent pas forcément à le faire sauter dans la emoji_fuseefusée pour les étoiles et il a besoin d’en savoir plus pour effectivement juger si ça l’intéresse ou pas. Enfin, c’est mon avis. Je m’auto-publie déjà dans mes  zines et mangas, ma p’tite routine me fait une vie de folie, ça va. Me demander si une édition m’intéresse, c’est comme si je mangeais mon plat préféré et qu’on me demandait si je ne veux pas venir manger plutôt cet autre plat inconnu. La question est : qu’est-ce qu’il y a dedans ?
L’auteur doit vendre un projet (normal hein) mais l’éditeur, non. Il a joué la carte « je suis éditeur », tout est dit !yugioh

Bah non. C’est le silence autour des conditions des contrats pros. Mais c’est un flou assez compréhensible puisque les contrats dépendent de chaque maison d’édition avec chaque dessinateur. Y’a pas vraiment de standards ni de grille « how to » à consulter. Donc voilà, on ne peut pas deviner   les tarifs ni les conditions qui se jouent, c’est ultra variable. Pourtant, les éditeurs nous abordent (enfin, j’ai toujours eu que ça) avec la question : « est-ce que vous seriez intéressée par l’édition professionnelle ? ». Mais !   Il faudrait avoir des détails -JUSTE UN PEU- pour savoir si on serait intéressé. imoji_stare  J’aimerais la bannir de la terre cette question. Quand on pose une annonce pour un job, on donne une idée du poste, du salaire et des conditions !  imoji_stare

Apparemment, c’est une connerie d’aborder ces sujets parce que mes échanges ont toujours tourné court juste après, voire un grand silence sans réponses à mes questions. Comme si j’avais parlé d’un truc atroce. =’D Étiquetée, chieuse de service, laissons tomber.

J’ai l’impression que les éditeurs ignorent encore qu’ils ne sont plus le Saint-grââl et continuent de penser que toute autre forme d’édition n’est qu’un pis-aller. Comme si on ne faisait autrement qu’en attendant le moment de l’édition proemoji_sparkles. Comme si l’arrêt ou recyclage de certains bédéistes ou retour vers l’auto-édition pour d’autres n’était qu’un détail. C’est peut-être un choix par défaut pour certains à la base, mais le constat reste que s’ils ont décidé de passer à d’autres modes d’édition, c’est que c’était plus intéressant que rester chez un éditeur. Faut donner aussi envie au dessineux, l’envie de tenter cette aventure en cette période où ça dénonce à tout va sur les conditions misérables   du job.

Ah oui, j’ajouterai un élément de réflexion : concernant les dessinateurs étrangers qui sont édités professionnellement en France -comme  Guilty Pleasure-, je ne pense pas qu’on puisse mettre ce type de cas en parallèle avec des auteurs qui s’auto-publient déjà en France.

Ces personnes à l’étranger n’ont qu’un accès limité au public français via de la vpc worldwilde. Évidemment, un éditeur français est une aubaine pour elles puisqu’elles vont avoir quelqu’un pour s’occuper de ce marché. Elles n’auraient pas pu le faire elles-mêmes ni à cette échelle, c’est tout bénéf, quelles que soient les conditions. Un auteur présent en france qui s’auto-publie et tourne bien, les conditions ne sont pas les mêmes à priori. L’édition professionnelle va peut-être apporter un marché plus grand mais comme de toutes façons la part du dessinateur est considérablement réduite à peau de chagrin… C’est à chacun de faire son calcul et de mettre ses intérêts et objectifs en balance. Quand on voit ce que certains arrivent à faire avec un crowdfunding juste pour lancer un projet, est-ce qu’ils auraient été aussi bien payés et à leurs conditions avec une édition pro ? Les dessinateurs ne sont plus condamnés à ne s’en sortir que sous l’égide d’un éditeur. Va falloir envisager de descendre un peu de son piédestal et retirer les vieilles paillettes de l’époque où « édition professionnelle » était à la fête.

Bon, ça devient un peu bordélique sur la fin mais voilà ! 8’D Lassée par tout ça, un peu agacée aussi et tellement de choses à dire… x_x

Buy Me a Coffee at ko-fi.com